top of page
Rechercher
  • Valérie Lobsang-Gattini

L'Inde du changement : de la roupie à la roupie numérique, une mutation au QR Code


Coup de Tonnerre !


Le 8 novembre 2016 restera une date clé dans l'histoire Indienne avec l'annonce fracassante du Premier Ministre Narendra Modi : "les billets de 500 et de 1000 roupies actuels n'ont plus de valeur à partir de ce jour minuit !!! et seront remplacés par des 500 et 2000 disponible dès demain, affichant l'image de Mahatma Gandhi".


Coup de massue pour les millions de détenteurs de ces billets, et surtout pour ceux qui les avaient stockés sous leurs oreillers...

La Reserve Bank of India a stipulé que les billets démonétisés pouvaient être déposés dans les banques sous 50 jours, c'est à dire jusqu'au 30 décembre 2016. Les billets pouvaient être échangés au cours légal mais la limite était de 4 000 roupies par personne du 8 au 13 novembre, puis 4 500 roupies du 14 au 17 novembre, réduite à 2 000 roupies du 18 au 25 novembre. Finalement l'échange de billets a été complètement arrêté le 25 novembre, bien que le gouvernement ait précédemment déclaré que le volume d'échange serait augmenté après cette date.


Cela ne laissait que très peu de temps pour les ramener à la banque... déclarer les recettes... bref, tout basculer en "transparence"... un mot qui a du mal à exister en Inde bien évidement. L'Inde, reine de la corruption, du marchandage, de l'arnaque "bienveillant", a du mal à appréhender un tel concept de transparence...



Réduire l'argent noir, un objectif non réalisé


Le but de Narendra Modi était en effet de réduire l'économie souterraine et ainsi de réduire les activités illégales et le terrorisme.


Le résultat n'a pas satisfait aux attentes de cette action pourtant radicale. Le gouvernement avait estimé que 5 000 milliards de roupies, soit environ 20 %, des billets démonétisés, seraient définitivement retirés de la circulation. Selon un rapport effectué en 2018 par la Reserve Bank of India, 99,3% des billets démonétisés ont été remis en banque, soit 15,3 billions de roupies sur les 15,41 billions de billets de banque démonétisés. Les billets non déposés valaient 107,2 milliards de roupies... Les analystes en ont déduit que cet effort exceptionnel n'avait pas réussit à éliminer l'argent noir de l'économie.

Bien plus que cela, il a été estimé qu'environ 1,5 millions d'emplois ont été perdus du fait de la chute des indices boursiers (+ de 6 % le lendemain de l'annonce) entrainant une réduction de la production industrielle et du taux de croissance du PIB...



Que dire du "merdier" (si je puis m'exprimer ainsi..) que ça a engendré...


Une limite quotidienne sur les retraits aux guichets automatiques a été imposée, variant de 2 000 roupies par jour jusqu'au 14 novembre à 2 500 roupies par jour jusqu'au 31 décembre.