top of page
Rechercher
  • Valérie Lobsang-Gattini

Regard sur la pratique bouddhiste de libération de vies nouvellement épanouies


Une coutume bouddhiste exploitée et tournant à l'arnaque éthique...


Dans le Bouddhisme, il est de bon augure de libérer une vie nouvellement épanouie.

Ainsi nombreux pèlerins et pratiquants bouddhistes ont pour habitude d'acheter des animaux pour les relâcher dans la nature.


En Inde, et tout particulièrement sur les lieux de pèlerinage, nombreux sont ces vendeurs proposant nombreux petits oiseaux enfermés dans des petites cages, exposés à la chaleur du soleil, serrés les uns contre les autres, sans eau ni nourriture.

Ils vous attirent en vous expliquant que vous allez obtenir un excellent karma à acheter des animaux que vous relâcherez.


Certes, c'est évident.

Toutefois, cette pratique ne fait qu'inviter toujours plus de vendeurs à développer ce commerce qui consiste à capturer des animaux sauvages pour que nous les relâchions.


Vous comprenez combien ce cercle vicieux n'est pas fantastique, n'est ce pas ?



Une eco-entreprise oeuvrant à associer préservation et coutume


A Bodhgaya, il y a donc moyen de faire autrement.

Ces dernières années fût créé le parc des Papillons. Celui-ci est situé dans la partie ouest d'un magnifique park adjacent au Temple de la Mahabodhi.


Le parc a été créé afin d'amener le pratiquant bouddhiste à engager sa démarche de libération d'un papillon élevé au sein d'une installation d'élevage plutôt que d'encourager la capture d'animaux sauvages pour réaliser cette libération.


Le deuxième but de ce parc est d'initier des mesures de conservation pour les papillons, l'un des principaux groupes d'insectes pollinisateurs et une partie intégrante du réseau trophique.



Un espace étudié offrant un centre d'élevage et un centre d'interprétation